15 secrets sur le film… Hairspray  

 L’INSTANT CULTE 

Vous aimez le film ? ça tombe bien. Nous aussi. Hairspray est plus qu’un musical, c’est un véritable hymne à l’amour, la vie, le respect et à la laque !!! L’Ecran Pop vous propose de découvrir 15 secrets sur l’un des plus gros succès de films musicaux de ces dernières années !

Secret n°1: « Let me be a drag queen »

Dans la version 1988 du film, il s’agit de la Drag Queen Divine qui interprète le rôle de la mère de Tracy. Avant lui, des actrices comme Stockard Shanning (Rizzo !!!), Lisa Marie Priestley et Mamie Van Doren ont refusé le rôle. Ce sera d’ailleurs le dernier rôle pour la divine Divine, elle décèdera quelques semaines après le tournage d’une crise cardiaque.

| © New Line/Kobal/REX/Shutterstock

Secret n°2 : « Femme… Être une femme… »

Côté 2007, c’est John  Travolta qui se colle au rôle d’Edna. Mais quel souvenir en garde-t-il ? « Jouer Edna était drôle, mais devenir Edna était beaucoup moins amusant. J’adorais voir l’effet que cela produisait sur les gens quand j’étais complètement habillé et maquillé, mais je dois dire qu’enfiler tout ça n’était pas des plus agréable. C’était inconfortable et très chaud. C’était comme porter sept couches d’habits très désagréables. Je me souviens qu’à un moment, je me suis dit que c’était la dernière fois que je jouais une femme avec un tel costume ! Malgré cela, je suis resté bouche bée la première fois que je me suis vu en Edna. C’était tellement bien fait ! »

| © New Line Cinema


Secret n°3: « Life in plastic, it’s fantastic ! »
 

La transformation de John Travolta en Edna a demandé des efforts particuliers de la part des maquilleurs du film. Pour devenir Edna, l’acteur portait chaque jour pendant quatre à cinq heures un costume de 15 kilos le recouvrant des pieds à la tête et cinq prothèses remplies de silicone (une sur le menton et la lèvre inférieure, deux sur les joues et une faisant le tour du cou et descendant sur la poitrine). Au total, trois costumes de corps complet et un quatrième, un demi-corps entièrement en silicone de 37 kilos, ont été fabriqués pour les besoins du film, ainsi que onze paires de jambes, neuf paires de bras et quarante prothèses faciales. Ou quand l’adage… « Il faut souffrir pour être belle » prend tout son sens !

| © New Line Cinema

Secret N°4: « Caméoméo… »

La version que beaucoup connaissent aujourd’hui est celle de 2007 avec John Travolta. Mais saviez-vous que des acteurs du premier film figuraient dans le remake ? Jerry Stiller que l’on connait plus sous le nom de Mister Pinky jouait Wilbur Turnblad dans la version de 1988. Ricki Lake, qui jouait le rôle de Tracy dans la première version, interprète celui d’un agent artistique aux côté d’Adam Shankman (le réalisateur du film), Marc Shaiman et Scott Wittman (qui ont écrit les paroles et musiques de Hairspray !).

| © New Line Cinema

Secret N°5: « I’m not a girl, not yet a woman »

Nikki Blonsky, qui joue le rôle de Tracy dans la version 2007 avait déjà passé les castings pour la version Broadway en 2002. Elle a été recalée pour le rôle. Le motif ? Son âge. Elle était trop jeune. 5 ans plus tard, celle qui travaillait à mi-temps comme vendeuse de glaces obtient enfin le rôle tant espéré, donnant même la réplique à Monsieur John Travolta.

| © New Line Cinema

Secret N°6: « Maman… Quel est dont ce tourment ! »

La première phrase que John Travolta a adressé à Nikki Blonsky quand elle est entrée dans le studio a été « Viens voir Maman ! ».

| © New Line Cinema

Secret N°7: « Dancing Queen »

Aretha Franklin avait auditionné pour le rôle de Maybelle, mais devant l’interprétation de Queen Latifah, elle n’a pas fait le poids.

| © DR

Secret N°8:  « The hills are alive, with the sound of music… »

Un hommage à « La mélodie du bonheur » s’est glissé dans le film. La robe que porte Penny sur la chanson « Can’t stop  the beat » a été confectionnée à partir des rideaux de sa chambre. Et pour l’autre anecdote, la plupart du cast ne parvenait pas à chanter le titre de cette chanson et disait tout le temps « Can’t stop to breathe ». Seule Queen Latifah savait gérer, en raison de son passé de rappeuse.

| © New Line Cinema

Secret N°9 : « Coupe, coupe »

Dans la scène « Run and tell that », les étudiants se réfugient dans un bus pour danser. Ce bus date de 1957 et a en fait été découpé en 6 parties afin de faciliter le tournage.

| © New Line Cinema

Secret N°10 : « Here and now, it’s time for celebration. I finally figured out yeah yeah ! » 

Pour jouer dans le film, Zac Efron n’a pas fait partie de la tournée « High School Musical », alors un véritable carton sur Disney Channel. Il a été remplacé par Drew Seeley.

| © Disney Pictures

Secret N°11: « All I want for Christmas… »

Tabitha Lupien, qui joue le rôle de Becky, avait déjà joué avec John Travolta avant Hairspray. Elle interprétait le rôle de Julie, sa fille, dans « Allo Maman, c’est Noël ». Les années ont bien passé entre ces deux films… Mais on la reconnait bien !

| © New Line Cinema

Secret N°12: Laque des signes… 

Les célèbres laques « Ultra Clutch » étaient en réalité… Des déodorants ! D’après les producteurs,« c’est la seule chose qui pouvait capter la lumière et se représenter à la caméra comme on le voulait ». On nous aurait menti ?

| © New Line Cinema

Secret N°13 : « You can brush my hair… »

La version Broadway a aussi son lot de surprises… 60 perruques ont été nécessaires pour le show (et chaque perruque représente environ 80 mètres de cheveux humain soit 4,8 km de cheveux) ! Quant à la laque, c’est 50 bombes qui étaient nécessaires chaque semaine pour toutes ces perruques. Un vrai budget !

| © DR

Secret N°14: « J’ai un problème… »

Si l’action du film est sensé se dérouler en 1962, certains détails du film de 2007 semblent du coup, anachroniques. Losqu’au début Tracy se rend à l’école sur le camion poubelle, il faut savoir que ce modèle (un Harvester Cargostar International – pour les fans de camions poubelles) a été inventé à la fin des années 70 ! Comme quand elle se regarde dans la vitre en traversant la rue, on aperçoit un refroidisseur d’eau, un brin trop moderne ! On peut aussi penser aux spots du show « Miss Teenage Hairspray » qui virent le jour fin des années 80. De même que durant les chansons « Good morning Baltimore » et « Whithout Love », on voit clairement trois livres mais l’un d’entre eux, « Le mystère de Smugglers Cove » n’a été publié qu’en 1963. Bon ok… On est un peu pointilleux. Mais eu final, on s’en moque. N’est-ce pas ?

| © New Line Cinema

Secret n°15 : Raides ou frisés ?

Aviez-vous remarqué que les cheveux de Penny deviennent de plus en plus bouclés au fur et à mesure que la chanson « Run & Tell That » se fait entendre ? Il sont quasiment raides au départ puis deviennent plus bouclés dans le bus pour terminer carrément bouclés pendant « Big, Blonde, Beautiful ». En parlant de bus, quand les élèves montent dedans, il s’agit du numéro 17 et quand ils en ressortent, c’est le numéro 26.

| © New Line Cinema

Articles similaires

Critique de Hamilton avec « All That Jazz »

écoutez le podcast sur "Hamilton" par "All that jazz" ! L'INSTANT CULTE  Avec 11 Tony Awards à son actif, la comédie musicale Hamilton, qui raconte la vie d’Alexander Hamilton, père fondateur des Etats-Unis d’Amérique, est...

Pourquoi ce Boom des Comédies Musicales ?

Pourquoi cE boom des comédies musicales ?  L'INSTANT CULTE  Inutile de vous l’apprendre, les comédies musicales ont toujours existé au cinéma. Chanter et danser pour le Grand Ecran n’est pas une création du 21ème siècle...